Les royales marionnettes tournent à vélo

 

Didier Balsaux est presque prêt pour le départ. Avec son complice Julien Collard, ils vont voyager léger et aller à la rencontre des gens.-Eda
Parce qu’ils ont envie de vraies rencontres avec le public et les villageois, les comédiens tireront leur scène pour jouer au gré des invitations cet été.
Didier Balsaux gonfle un pneu et souffle un peu en reconnaissant qu’il n’est pas (plus) très sportif et que ça ne va pas être facile. Les 25, 26 et 27 juillet prochain, avec son complice de scène Julien Collard, Didier ira à vélo de Bérismenil, à Mousny, puis à Buisson, au départ de La Roche en Ardennes. «Ça me fait tellement plaisir de prononcer ces noms de villages qui ne disent rien à personne!, s’exclame-t-il. C’est exactement ce que je voulais faire. Aller là où personne ne va proposer du théâtre, sur une place de village, en toute simplicité. Puis essayer de trouver un endroit où planter notre tente, dans un jardin, ou loger chez l’habitant.»
Originaire de la région de Liège, voilà quelques années que Didier Balsaux a établi sa compagnie de marionnettes, les Royales Marionnettes, à Thorembais-les-Béguines (Perwez). De mai à septembre, la compagnie a pour habitude de sillonner les routes de France et de Belgique, de festival en festival, avec son gros camion. Et quand ils jouent sous chapiteau, ce sont trois véhicules tracteurs et trois remorques qui sont nécessaires à leur déplacement.
D’où leur envie de voyager léger, de retrouver la convivialité et l’authenticité des rencontres, en proposant une formule allégée, beaucoup moins chère, et donc accessible à des petits comités de villages, des associations, etc. «On a envie de jouer dans des lieux alternatifs. Notre petite tournée près de La Roche servira de test et c’est aussi l’occasion de faire connaître cette formule que nous proposons à des comités de village, des quartiers, des clubs de sports… Des acteurs culturels autres que les sempiternels institutionnels.»
Une manière de rejoindre les mouvements citoyens
Didier serait-il un rebelle? peu de doute là-dessus. Il admet volontiers avoir régulièrement été renvoyé des structures dans lesquelles il était pourtant «client»…
«Avec ce projet de théâtre à vélo, à ma manière, je rejoins les mouvements citoyens qui crient leur ras-le-bol du système en place. Je peux avoir mal au ventre de voir des affaires du style de celle d’Yvan Mayeur, mais ça ne suffit pas. Je veux agir. Quitter le simple champ du râleur de divan et rejoindre les enjeux de notre époque qui me paraissent incontournables.»
Car le théâtre proposé par les Royales Marionnettes n’est pas qu’innocence et rigolade. Didier Balsaux assume un théâtre engagé et subversif qui aborde des thèmes de société comme lors de son dernier spectacle, le mariage pour tous.
«On a moins tourné, parce que ça n’a pas été bien vu par tout le monde, mais peu importe.»
L’idée de la tournée à vélo est de partir pour des minitournées, de minimum cinq représentations dans une même région. Et avec l’idée de s’associer à des comités locaux pour créer des petits événements de village. Et pourquoi pas, proposer aux volontaires de venir pédaler un peu à leurs côtés.
«On cherche des subventions pour acheter des vélos électriques, car on a environ 60 kg de charge chacun. Dans la région de La Roche, ça va être costaud…», sourit Didier.
Lors de cette tournée test, les Royales Marionnettes joueront «La Porte du diable», un spectacle de marionnettes traditionnelles liégeoises dont le personnage principal est Tchanchès. Un spectacle à double lecture, dans lequel Didier s’amuse à greffer des anecdotes et des références destinées aux adultes. On peut compter sur lui pour en faire un spectacle truculent et à l’esprit savoureusement frondeur.
Ils ont besoin de vous
Pour parvenir à boucler ce projet idéaliste, Didier Balsaux et sa compagnie cherchent des partenaires pour suivre leurs tournées, des habitants qui pourront les accueillir ou leur offrir l’hospitalité de leur jardin et de leur salle de bains…
Il signale aussi qu’il cherche des appuis financiers pour acheter des vélos électriques et recherche des gens capables de les transformer pour les utiliser au mieux. Enfin, La Cie des Royales Marionnettes espère recevoir des dizaines d’invitations à venir avec Tchantchès à vélo dans les villages les plus reculés de Belgique et de France. N’hésitez pas à la contacter.

• ActuHP – Aujourd’hui 06h00 – Ariane BILTERYST – L’Avenir